Cycle 2017

 C'est Philippe Baumel, Président de l'AUSB, qui a accueilli la conférencière, ainsi que la trentaine d'élus et de techniciens réunis lundi à Torcy.


CONFERENCE MOBILITE ET SANTE

FAVORISER LES DÉPLACEMENTS DOUX POUR PRÉSERVER LE SANTÉ

 L'intérêt du cycle de conférences organisé chaque année par l'Agence d'Urbanisme Sud Bourgogne est à la fois d'animer le débat local sur des questions d'actualité, et de permettre de sensibiliser les élus et les techniciens de nos collectivités aux projets innovants portés par d'autres territoires. Lundi soir, l'agence avait fait appel a une spécialiste reconnue, Sonia Lavadhino, pour illustrer les rapports entre les modes de déplacement et la santé des habitants des villes. Sonia Lavadhino, urbaniste, géographe et anthropologue, a en effet soutenu une thèse sur le renouveau de la marche en milieu urbain. Enseignante et consultante internationale, elle défend une vision de la ville "ludique et récréative" pour promouvoir les déplacements (marche, vélo) les mieux à même de préserver la santé des habitants des agglomérations.

 

LA SUISSE EN POINTE

  La conférencière a évoqué les initiatives innovantes conduites en Suisse et dans plusieurs villes de France. A Lausanne (200 000 habitants) un groupe pluridisciplinaire, comprenant notamment des médecins, se penche sur l'aménagement d'un éco-quartier. "L'idée est de fournir du sport pour tous, de donner la possibilité de bouger au pied des immeubles  en créant des aires ludiques, des petits parcours de santé, en aménageant des itinéraires piétons et des espaces verts agréables. Il faut que le début au moins de chaque déplacement se fasse à pied" explique-t-elle. La Suisse a également mis en place, à l'échelon confédéral, un abonnement unique couvrant tous les modes de déplacement (train, bus, téléphérique...) partout dans le pays, et pouvant désormais inclure l'attribution à l'année d'un vélo électrique. Coût de cet abonnement "multimodal": de 3000 à 4000 euros par an. Le prix à payer -pas si exccessif- pour parvenir à se passer d'une voiture...


CONVAINCRE LES VILLES MOYENNES 

 En France, Rouen, Saint-Etienne et Paris notamment se préoccupent de promouvoir les déplacements doux. La refonte des places - sur la place de la Nation, des dizaines de milliers de mètres carrés ont été réattribués aux piétons- est en cours dans la capitale. Saint-Etienne met en place de nouvelles connections pédestres entre ses quartiers et installe des mobiliers urbains (mini rampes de skate, balançoires...) pour "mettre les corps en mouvement". Et Rouen privilégie la marche dans ses nouveaux aménagements, tout en valorisant des "boucles de loisirs" en bords de Seine.

 

 L'enjeu est aussi de convaindre du bien fondé des déplacements à pied et à vélo dans les villes petites et moyennes, et d'accompagner cette prise de conscience des habitants par des aménagements adaptés. Dans le périmètre couvert par l'Agence d'urbanisme (CCSCC, CUCM, Grand Chalon, Grand Autunois Morvan), plus de 50% des déplacements font moins de 5 kms et près d'un quart est déjà réalisé en mode non polluant. Cependant, la dépendance à la voiture reste forte, comme dans la plupart des aggomérations de taille modeste...